Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Instinct voyageur

Contaminé par le virus le plus agréable qui existe...

La vie paisible à Mahajanga

Publié le 25 Juillet 2022 par Julien

Mahajanga est une ville qui regorge d'énergie et d'activités. Ma semaine ici passe donc sans que j'aie le temps de m'ennuyer. Je me promène beaucoup de jour, mais aussi le soir, dans la ville, au bord de l'eau ou encore dans les terres. 

Au début d'un après-midi, j'assiste à mon deuxième passage d'essaim de criquet migrateur. Le premier était à la campagne dans les cultures mais celui-ci se passe en ville. Les enfant attrapent des bâtons ou utilisent leurs tongs pour tenter de shooter les orthoptères au vol. C'est un jeu comme un autre... Ailleurs, je vois des personnes âgées qui font de même mais qui collectent les animaux morts ensuite. Je ne sais pas pour quel usage. 

Le soir en général, je me rend sur la promenade de bord de mer. Ici, des stands sont installés tout du long et on y trouve des quantités spectaculaires de nourriture en tout genre : samoussa, manioc, salades composées, œufs etc. Mais les vrais stars ici ce sont les brochettes et autres grillades : poisson, crevettes ou zébu, faites votre choix. 

Sinon je suis aussi sorti de la ville pour aller visiter les grottes de Belobaka qui se situent à proximité. Pour entrer, on doit être accompagné d'un guide. Par chance, mon guide parle un peu le français. En revanche, il n'a pas de lampe et il a peur du noir!!! Ca donne une scène surréaliste où il m'ordonne au moment de descendre profondément dans les couloirs souterrains non éclairés : "Toi d'abord!" 

En descendant, il me dit en plaisantant j'espère que tu n'as pas peur des serpents. Je lui répond que non et je n'arrive pas à savoir s'il est sérieux ou non. Après réflexion, je me dis que l'absence de lumière dans ces profondeurs doit être une barrière à l'installation de serpents dans ce milieux... jusqu'à ce que je pose presque ma main sur un boudin réticulé en voulant prendre appui sur une pierre. 

En dehors de ça je randonne un peu aussi dans la pampa sèche et aussi dans la plaine maraichère où on peut cheminer tranquillement à l'ombre des litchis géants qui sont en fleur en ce moment. 

Comme mon voyage touche à sa fin, je commence à compter en "derniers/dernières". Dernière semaine, dernier weekend, dernière plage paradisiaque...

Et aussi derniers déciles de la mer à prix dérisoire ! 

 

Commenter cet article