Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Instinct voyageur

Contaminé par le virus le plus agréable qui existe...

Voyage en pirogue à voile : épisode 2

Publié le 27 Juin 2022 par Julien

Faute d'options pour voyager vers Morondava (et aussi parce que ça me plait) j'ai de nouveau opté pour une traversée vers le Nord en pirogue à voile. J'ai choisi de partir avec Antoine et Paulin deux marins sympathiques qui m'ont fait une proposition qui correspondait à mes projet. 

Nous sommes partis le vendredi de Morombe vers 11h00. Mais, aujourd'hui, le vent n'est pas de la partie. Ou plutôt, il est présent mais il nous pousse paresseusement. Nous devons faire escale à Andranopasy et nous arrivons dans la baie sur le coup de 22h50 ! Après avoir passé près de douze heures sur la pirogue, il faut encore patienter car nous sommes au point le plus bas de la marée et il n'y a pas d'eau dans le canal qui permet d'accéder au village. Le supplice se prolonge donc encore : j'ai froid, j'ai faim et je suis fatigué. Il est 0h30 quand nous posons finalement pied à terre et presque 1h00 du matin quand nous mangeons enfin ! 

On quitte Andranopasy sur les coup de 7h20. On est toujours poussé par ce vent fainéant sous les premières lueurs du jours jusqu'à ce qu'il s'arrête simplement de souffler. On est à l'arrêt total et on ne sent pas une bise pendant plus d'une heure lorsque finalement la voile se gonfle à nouveau. Sur les coups de midi, le vent souffle franchement et on avance à bon train en direction de Belo-sur-mer. Vers 14h00, nous avons toujours du bon vent mais la mer commence à être un peu plus agitée. Une secousse plus forte que les autres expulse une de nos rames à l'eau. Antoine lâche alors la voile et fait demi-tour pour aller la récupérer. En réaction à cette manœuvre, on entend quelques crissements de bois qui proviennent du mât. Ce bruit se transforme progressivement en de petits craquements de mauvaise augure. Sous le poids de la voile lâche, notre mât commence à plier de façon inquiétante. Finalement, on entend le fracas du déchirement du bois et, quelque seconde après ce demi-tour, le mât s'écroule irrémédiablement sur le bateau. On rassemble le mât et la voile sur le bateau, on récupère finalement cette rame qui est la cause de notre avarie puis on s'échoue sur une plage rocheuse le temps de faire le dépannage temporaire. 

On repars donc avec un mât écouté d'environ 70 cm. Il nous reste peu de distance à couvrir et avant 16h nous arrivons à Belo-sur-mer. Pendant que Paulin et Antoine s'occupe de réparer correctement le mât et de préparer le repas, je vais faire un petit tour dans le village au soleil couchant. 

Nous partons le lendemain matin aux environs de 6h50. Cette fois, le vent nous est favorable et il est énergique. La réparation semble être efficace et résistance. Le vent du Sud nous pousse à vive allure et nous entrons dans la baie de Morondava vers 11h10. Nous avons couvert 80 km en un peu plus de quatre heures! 

La date de mon arrivée ici est le 26/06. C'est le jour de la fête nationale malgache. On célèbre en ce jour l'indépendance du pays qui a été obtenue en 1960. Pour fêter cela, il y a beaucoup de monde dans la rue et sur la plage. On trouve tout un tas de choses à manger dans la rue et les terrasses des bars et restaurants sont blindées. Des feux d'artifices et pétard plus ou moins fait-maisons résonnent jusque tard dans la nuit. 

 

Commenter cet article